La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Liées

Posted 7/9/2018

toutes deux liées à leur plaisir, offertes

 

Deux piliers bordent ce lit, dans un recoin où les ombres se mêlent aux lumières chaudes, rasantes, cachées derrière des rideaux de velours rouge.
Il lui tient la main. Certainement moite.
Elle se tourne face à lui, pour l'embrasser. Elle laisse glisser les mains de son amant sur ses hanches.
Elle se laisse glisser dans ses bras. Il est à demi-nu. Son visage se glisse lentement contre son torse. Elle sent son cœur à lui qui bat. Comme le sien.
Ses fesses touchent enfin le matelas, doux et accueillant.
Juste à côté, ses mains se posent. Le toucher est rassurant. Ses mains moites apprécient ce doux tissu.
Elle voit la chemise entrouverte de cet homme, debout devant elle, celui en qui elle a confiance. Qui l'emmène en ce lieu, en cette aventure, si singulière. Elle voit des perles de sueur ruisseler sur sa peau, aux reliefs mis en valeur par l’éclairage rasant. Elle sait qu'il partage lui aussi cette appréhension devant l'inconnu. Elle devine aussi qu'il désire cette aventure, en baissant à peine le regard. Il ne peut cacher son plaisir à vivre cette situation. Un homme ne peut cacher son désir. Ce désir masculin se dresse devant elle, à peine contenu par le bas de son body-résille. 
Elle se rend compte qu'elle aussi désire de tout son corps cette situation. Elle sent ces contractions entre ses jambes serrées. Elle sait qu'elle est humide, au creux de son entrejambe. Elle serre les jambes pour que cela ne se voit pas. Mais tout le monde le devine. Et tout le monde le verra dans quelques instants.
Comment est-elle arrivée ici ? Quel est ce plaisir qui l'excite ainsi. Elle, cette femme qui n'aurait jamais accepté, ni désiré, ni même imaginé telle aventure il y a quelques années.
« Nos nuits sont plus belles que ces films ».
Oui, les films l'ont souvent émoustillées. Un plaisir de femme de sentir ses fantasmes se réaliser dans les films. 
Aujourd'hui, ces phantasmes sortent des films. Deviennent une réalité. Avec lui. Ici. A l'instant. Et cela est encore plus excitant. Bien plus beaux.
Elle ressent son contact. Un effleurement de sa main. Contre sa main. Celle de l'autre. L'autre femme qui est juste à côté d'elle.
Cette autre femme est aussi assise. A côté d'elle. Juste à côté. Elle sent sa main qui est prise par la sienne. Elle aussi a ce désir à fleur de peau, mélangée à l'appréhension. Cette autre femme est seule. Son amant s'est retiré.
Elles sont deux. L'une à côté de l'autre. Assise sur le bord de ce lit. Elles se tiennent la main. Il est là, debout devant elles. Pour elles. 
[…]
Il a un corde rouge dans une main. De l'autre il pend un long fouet de coton sur le pilier au bord du lit.
Il délove la corde. Se glisse entre nous. Enlace nos poignets. La corde se glisse et se croise. Virevolte par une boucle savante, pour finir par nous lier définitivement l'une à l'autre. 
Il prend une autre corde. Et crée une attache autour de mon poignet. Il serre cette attache. La magie du nœud fait que je ne suis pas serrée. Mais l'attache est prête. 
Une autre corde encore. Pour une autre attache autour du poignet de cette femme à mes côtés.
Sans oser bouger, sans avoir à bouger, fasciner par cette danse, je me laisse aller. Je me rends à lui. Comme elle se rend à lui aussi.
Il s'agenouille devant nous. Reproduit les mêmes nœuds sur nos chevilles. Nous sommes ainsi liées l'une à l'autre par nos poignets et chevilles. Il fait passer les cordes des chevilles isolées en haut des piliers qui bordent le lit, à travers des maillons qui semblent prévus à cet effet. Chose peu étonnante dans ce lieu dédié à ces jeux. Il fait passer de même les cordes des poignets isolés an haut de deux autre piliers à l'arrière du lit.
Tout est prêt.
Il lui suffit de tendre les cordes pour finir son travail. L'amant de celle qui est à mes côtés saisit deux brins. Mon amant en saisit deux autres. Les liens se tendent. Nous basculent en arrière toutes les deux, liées l'une à l'autre. Les cordes tendus viennent repasser dans les liens qui lient nos chevilles et nos poignets. Il tend les cordes. Fort. Nous amenant dans la position désirée. Sans douleur aucune. Deux nœuds de cabestan viennent achever l'ouvrage.
Nous sommes toutes les deux, l'une à côté de l'autre. Offertes. Mes jambes largement ouvertes ne peuvent plus cacher mon plaisir. Je sens des contractions au bas de mon ventre. Je sens que mon corps désire accueillir mon amant. En moi. Un désir profond. Je suis offerte à lui. Entièrement.
Un cliquetis me ramène à la réalité. C'est le fouet qu'il vient de décrocher du pilier. Je ne le vois pas. Je sais qu'il va armer le fouet. Derrière son épaule. Je ne sais pas quand.Mon corps se détend brusquement. J'ai envie de lui. Le coup tombe. Claque contre nos deux fesses alignées sur le bord du lit.
Nos mains liées tressaillent en même temps, s'agrippent l'une à l'autre.
Nos cris se croisent.
Dans un silence absolu qui suit, j'entends le fouet qui remonte doucement derrière l'épaule de mon amant. Je ne sais pas quand le prochain coup va retomber. Ni où. Ni comment. Je le veux. Je veux juste recevoir ce coup de fouet. Sur moi, avec elle.
Le coton vient de son propre poids heurter le bas de mes cuisses. Son élan le fait se glisser avec vélocité sur mon entrejambe. La surprise est jouissive. La douceur du coton transforme ce coup en caresse. Une caresse virile. Et douce à la fois.
Je ressens le plaisir simultané de cette femme qui est liée à moi. Qui reçoit les même stimuli que moi. Ces mêmes coups de fouet sur son corps. En même temps que moi. Sentir son plaisir décuple le mien. Me libère encore plus. M'autorise à goûter encore plus à ce jeu interdit.
Mon amant tourne autour de nous. Fait virevolter son fouet. Nous impatiente. Nous fait goûter milles et une variantes sur les parties érogènes qu'il connaît si bien.
Puis, avant de nous lasser, il sait enfin poser le fouet. Il se glisse entre mes jambes. Caresse mes cuisses légèrement rougeoyantes. Les embrasse. Glisse sa main entre mes jambes.
J'ai envie de lui. Qu'il me prenne. Pour l'amener à jouir en moi. Vite. Et qu'il goûte ensuite à cet élixir d'amour, au creux de mon calice. Pour me faire jouir moi aussi. En même temps que cette femme à mes côtés. Avec son amant à elle.