La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Alpine Renault

Posted 6/10/2018

Partager un plaisir de femme...

(retour à la liste des nouvelles)

 

Elle en rêvait. Qu’un homme lui ouvre la porte rouge. Qu’elle se glisse dans le fauteuil sport. Qu’il referme la porte sur elle....

[...]

Je réajuste ma mini-jupe sur le fauteuil, cachant avec peine la nudité de mon entrejambe. Je regarde avec envie cet homme qui s’assoit sur le siège du pilote à ma droite. Il met le contact. Démarre le moteur. Un superbe bruit. Les quatre cylindres s’échauffent à coup d’accélérateur bref. Il règle le rétroviseur de façon machinale. Puis glisse sa main sur ma cuisse, remonte doucement, pour se retirer poliment, me laissant déconcertée dans mon envie d’être caressée.

J’entraperçois dans le rétroviseur sa femme qui prend place dans l’autre voiture. J’apprécie sa générosité de m’avoir laissé sa place pour cette occasion dont j’ai toujours rêvée. Je sais qu’elle sera conduite par mon homme. J’ai aussi remarqué que sa robe était courte elle aussi. Je me doute que les caresses sur sa cuisse seront tentantes. Peu m’importe. Car c’est le jeu de cette sortie.

Les ceintures sont attachées. Il passe la marche arrière. Les pneus crissent sur le gravier de la cour. Le portail s’ouvre. Il embraye la première. Le moteur vrombit. L'accélération est plaisante. La vitesse augmente rapidement au rythme des tours du moteur.

3800 tours/mn. Deuxième vitesse.Je sais que je souris. De plaisir. Comme une adolescente. Il me regarde. Il connaît ce sourire de jeune fille émerveillée. Il me renvoie son sourire, charmant, celui d’un plaisir partagé.

Le turbo est enclenché. Les tours montent encore. Troisième vitesse. La sensation est unique. La sensation d’un moteur qui propulse cet engin.

Quatrième.

Il pilote à merveille sur la route sinueuse. Sous le beau temps, dans ce magnifique paysage autour du lac Léman.

Troisième. Débrayage. La tête d’épingle. Un vrombissement sec des quatre cylindres. Seconde. Le virage est amorcé. La voiture est collée au sol. Grimpe fougueusement. Reprise. 3800 tours/m. Troisième. Un plaisir enivrant. Sa main vient rapidement se glisser entre mes jambes, mettant à mon comble mon excitation. Comme une adolescente. Mais peu m’importe. L’ivresse est là. Avec lui. Il retire rapidement sa main. Je ne lui en veut pas. La tête d’épingle approche à nouveau. La route emmène mon plaisir.

Quelques kilomètres plus loin, je le vois regarder avec détail le rétroviseur. Clignotant à gauche. Personne. Il ralentit peu. Pas assez peut-être pour s’enfiler dans le chemin étroit. Il maîtrise la situation, mais je ressens une tension qui monte.

Il roule à moindre allure maintenant. La chemin est peu roulant. Le paysage s’ouvre. Je vois ma voiture garée sur le bas-côté. Ils ont du prendre un chemin plus court pour être déjà là. Tout d’un coup, la vue devient splendide, au-dessus du lac. Le chemin s’arrête ici, face à ce merveilleux paysage. Il coupe le moteur. Mon homme s’approche pour m’ouvrir ma porte. Il me prend par la main, ravi de me savoir ainsi comblée par ce trajet d’exception. Mon chauffeur privé descend lui aussi et rejoint sa femme qui l’attend avec un sourire coquin, qui a l’air de demander quelles polissonneries il a pu faire pendant ce trajet, le connaissant fort bien …

Je ressens la fougue d’un désir qui naît. Je n’ai aucun doute que l’excitation est à son comble chez eux aussi, et qu’ils ont dû mettre à profit leur attente pour nous attendre. Il m’embrasse. J’entrevois mon chauffeur qui glisse sa main sous la jupe de sa femme, dénudant de jolies fesses déjà nues.

Le soleil brille. Une douce chaleur entretenue par le moteur de l’Alpine-Renault. Il me colle à cette voiture rouge. Il m’excite par ses caresses.

[...]

Les deux femmes se laissent ainsi caresser par leur homme. Sur le capot de cette magnifique voiture. Côte à côte. Face à ce merveilleux paysage. Avant de ne plus pouvoir résister. De relever leur homme perdu dans leur entrejambe. Basculer en arrière. Leur offrir leurs jambes largement ouvertes. Pour qu’ils les prenne. Là. Maintenant. En tant que Femmes.



.